Dans le système juridique colombien, certains individus sont reconnus comme sujets d’une protection spéciale (SEP). Parmi eux, les enfants, les mères enceintes et allaitantes, les personnes en situation de handicap et celles appartenant à certaines minorités nécessitent une protection renforcée, « double », de la part de l’État et de toutes ses institutions. Cela se produit pour deux raisons : premièrement, la situation historique de vulnérabilité et d’exclusion que ces groupes ont subie. Personne ne peut douter de la marginalisation dont ont historiquement souffert, par exemple, les membres des communautés indigènes ou LGBTQ+.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *